Turquin

Mercredi 12 juin 2024 - TAJAN - Paris

Gilbert STUART (Saunderstown 1755 - Boston 1828)

Portrait d'Anne Willing Bingham (1764 - 1801) et de sa fille Maria Matilda (1783 - 1849)

Toile

85 x 92 cm

Porte une étiquette au revers du cadre précisant la provenance « Portrait de ma grand tante / Mrs William Bingham (née Anne / Willing) peint par G. Stuart et / donné par elle à sa sœur ma grand / mère Mrs Henry Clymer (née Mary Willing) / qui l’a laissé à mon père William / Bingham Clymer son fils ainé. / Clymer … Jacques de Bryas »

cadre français du 19ème siècle

Estimation : 200 000 - 300 000 €

Provenance :

Peint en 1784 pour William Bingham et son épouse Anne Willing ;

Collection Mary Willing Clymer et Henry Clymer (soeur et beau-frère d'Anne Willing Bingham) ;

Par descendance Marquis et Marquise de Bryas, à la fin du XIXème siècle ; 

Toujours resté dans la famille de la modèle. 

 

Bibliographie :

G. C. Mason, The Life and Works of Gilbert Stuart, New York, 1879, pp. 137-139 ;

L. Park, Gilbert Stuart: An Illustrated Descriptive List of His Works, with an Account of His Life bu John Hill Morgan and an Appreciation by Royal Cortissoz, New York, 1926, pp. 151, 152 154, 155, n° 80, 81, 84 (daté le tableau de 1784 probablement grâce à l'âge de la plus jeune fille née un an auparavant à Londres);

M. L. Brown, "Mr. and Mrs. William Bingham of Philadelphia", dans The Pennsylvania Magazine of History and Biography, Juillet 1937, cité p. 289, reproduit (daté 1784) ;

R. C. Alberts, The Golden Voyage. The Life and Times of William Bingham 1752-1804, Boston, 1969, cité pp. 149, 150, reproduit ;

Catalogue de l'exposition Gilbert Stuart, New York, Metropolitan Museum of Art, 21 octobre 2004 - 16 janvier 2005,  Washington, National Portrait Gallery, Smithsonian Institution, 27 mars - 31 juillet 2005, cité p. 198, p. 203 sous le n° 53 et note 5 ("Anne and William Bingham commissioned a family portait ; the picture was left unfinished..." ; "In London in 1784 or 1785 Stuart began a group portrait of Bingham and his wife, Anne, with theirs daughters Ann Louisa and Maria Matilda, leaving it unfinished, possibly because of a disagreement with Mrs. Bingham about the composition").

 

Gilbert Stuart compte parmi les tous premiers peintres américains à la fin du XVIIIème siècle. Sa jeunesse est itinérante entre la Côte Est des Etats-Unis et le Royaume-Uni. Il complète sa formation en Écosse en 1771, à Londres entre 1775 et 1787, où il assiste Benjamin West et devient proche de Joshua Reynolds. Il obtient un grand succès avec son portrait de William Grant en Patineur, exposé en 1782, à la Royal Academy de Londres. Il continue sa carrière à Dublin avant de retourner à Philadelphie en 1794, où il peint George Washington, premier portrait officiel d’un président américain. Il s’impose ensuite comme le principal portraitiste des grandes villes de la Côte Est. Il s’installe à Washington en 1803, devenue capitale officielle des Etats-Unis et brosse l’effigie des premiers pères fondateurs et des membres de l’administration fédérale. 

Anne Willing et William Bingham incarnent deux personnalités marquantes du début de l’histoire des Etats-Unis. Bingham est d’abord émissaire de l’assemblée législative des treize colonies britanniques. Il joue un rôle crucial dans les relations diplomatiques qui ont conduit à l’Indépendance Américaine. À seulement 40 ans, il devient l'homme le plus riche du pays grâce à ses investissements pendant la Révolution Américaine, incluant l'acquisition de terres dans l'État de New York et la négociation avec la France pour l’achat de la Louisiane. Son épouse, Anne Willing, correspondante de Thomas Jefferson, est connue pour être le modèle de la Lady Liberty sur les premières pièces de monnaie américaines. A  l'âge de 16 ans, Anne Willing se marie avec William Bingham, de douze ans son aîné. Ils donnent naissance à trois enfants: l’ainée, Ann Louisa (1782–1848) , la cadette, Maria Matilda, représentée ici avec sa mère tirant sa robe jalouse du regard portée à sa grande soeur et le benjamin, William (1800-1852), qui est né seize ans après la réalisation de notre portrait de famille.  

Nos deux toiles datent de 1784 au moment où Bingham et Willing séjournent à Londres. Stuart avait conçu un grand portrait de famille réunissant les parents et leurs deux filles, à la manière de ce type de composition chez Van Dyck et Reynolds. Anne tenait sa fille assise devant elle, jetant un regard réfléchi sur son ainée (le Portrait d'Ann Louisa Bingham se trouve dans une collection particulière). William se tient derrière elles, en habit de chasse rouge. Inachevé, la toile est ensuite découpée en trois portraits indépendants par le peintre Thomas Sully.

Nos tableaux sont un rare témoignage des débuts de la peinture américaine de la fin du XVIIIème siècle. La technique libre, esquissée par endroit, enlevée montre le haut niveau de qualité atteint par les premiers peintres du Nouveau Monde.

En 1797, une décennie après l’ambitieux grand format non terminé, le modèles commandent à Stuart, deux portraits à mi-corps d’eux en pendant (ill.2, collection privée et Philadelphia Museum of Art ) et un portrait de William Bingham en pied (ING Bank, NV, London Branch). Un an auparavant, en 1796, ils avaient demandé à leur peintre un portrait de Washington et l’avait offert au premier ministre anglais William Petty, Lord Shelburne, Marquis of Lansdowne (ill.3), probablement le plus célèbre portrait du premier président. Philadelphie est alors la capitale fédérale entre 1790 et 1800. Les Bingham reçoivent à l’européenne dans la Mansion House, tiennent un salon et organisent des diners, fréquentés par les membres du gouvernement dont Washington et Jefferson.